Les arnarques de la musculation et de la forme

La créatine

Est-ce que la créatine fait prendre du muscle ? Non. Si vous prenez du muscle, c'est qu'il y a un autre produit interdit mélangé à la créatine que l'on vous a vendue, et un vendeur de créatine qui prétend que son produit augmente de dix kilos la masse musculaire tente de vous manipuler. Il faut considérer comme suspect tout complément alimentaire garantissant des effets rapides. En général, les compléments alimentaires : n"apportent rien dans la grande majorité des cas, il n"est donc pas justifié d"en prendre ;et, plus grave, ils peuvent être contaminés par des produits interdits et dangereux pour la santé (dans 15 % des cas selon une étude du Comité international olympique !) ; d'autre part, les scientifiques s"interrogent sur les dangers de certains compléments alimentaires, comme l"atteinte des reins pour la créatine.D"autres idées reçues sur la créatine : la créatine serait utilisée pour des propriétés " masquantes ". C'est-à-dire que sa consommation permettrait de masquer la prise de produits interdits. C"est totalement faux car l"augmentation du taux de créatine dans les urines ne perturbe en rien les différentes méthodes de détection des produits dopants et notamment des anabolisants. Par ailleurs la créatine n"ayant à aucun moment été inscrite sur la liste des substances et méthodes dopantes, puisqu"elle est totalement inefficace. En revanche certains athlètes justifient leurs performances par la consommation de ce produit à la fois " autorisé et magique " pour éviter de dire qu"ils prennent des drogues sont véhiculées.

La performance sans drogue est-elle possible ?

Oui. Certains moyens naturels ne présentant pas de risques pour la santé (au contraire) et, respectant les principes éthiques et les règles du sport, permettent d"obtenir les résultats que certains recherchent dans la prise de produits :

> Une hygiène de vie adaptée :
- Sommeil régulier et en quantité suffisante pour permettre une récupération des efforts sportifs et intellectuels, et une cicatrisation accrue des blessures éventuelles
- Alimentation saine et variée (avec une hydratation suffisante)
- Absence de prise de toxiques (tabac, cannabis, alcool)
- Programmation des révisions et entraînement bien conduit (il vaut souvent mieux privilégier la qualité à la quantité)


> Un environnement favorable :
- Un sportif respecté par son entraîneur, ses coéquipiers et le médecin qui s"occupe de lui et, comme pour l"étudiant, bien entouré par sa famille, ses amis attentifs à la personne plutôt qu"aux résultats ;
> Etre à l"écoute de son corps, être attentif à la fatigue et à la douleur qui sont des signaux d"alerte. (1)

Les gens dépensent des millions dans des produits charlatanesques !

Tous les ans, des gens atteints d"obésité gaspillent des millions d"Euros dans des produits nutritionnels qui les \"aideraient\" à perdre du poids, mais qui sont totalement inefficaces.Le Professeur Lean de l"Université de Glasgow espère qu"une nouvelle directive Européenne sur les pratiques commerciales déloyales, adoptée cette année au Royaume-Uni, protègera correctement les consommateurs les plus vulnérables, trompés par l"achat de ces produits alimentaires, ou ces suppléments, dans leur volonté de combattre leur maladie.Contrairement aux médicaments, les produits alimentaires qui sont vendus sous des arguments de santé, ne sont pas soumis aux mêmes études et contrôles rigoureux, et les consommateurs sont très souvent trompés. Il est déjà illégal de faire des déclarations non prouvées sur la composition et la fonction nutritionnelle des produits alimentaires, par exemple qu"ils sont faibles en graisses, riches en fibres ou aident à réduire le cholestérol, et il est aussi illégal de déclarer qu"un aliment peut traiter ou prévenir toute sorte de maladie, y compris l"obésité. Cependant, de nombreuses déclarations non prouvées sont toujours faites, ou sous-entendues. Un marketing trompeur peut se trouver dans les noms des marques et les images sur les emballages, dans les noms des produits ou des magasins, sur les sitesinternet, qui suggèrent que les produits permettent de contrôler son poids, sont amaigrissants ou sont \"des produits santé \", alors qu"il n"y a aucune preuve. Lean affirme que les personnes en surpoids sont trompées et gaspillent des millions d"euros tous les ans dans des produits qui ne peuvent pas les aider. En 2000, 35 milliards de dollars ont été dépensés dans des produits pour maigrir, la plupart d"entre eux faisant des déclarations mensongères ou fausses. \"L" exploitation commerciale des patients vulné rables par des mé dicaments charlatanesques\" prendra fin avec l"introduction de la nouvelle directive Européenne dit Lean. Cependant, les lois ont besoin d"être renforcées de manière préventive afin de permettre aux médecins et aux consommateurs de progresser face à ces maladies avec confiance, avec des traitements et des programmes de régimes efficaces et prouvés scientifiquement. Il souligne que, des centaines de produits vendus actuellement pour \"aider\" les gens à perdre du poids, seuls les régimes limitant les calories absorbées associés à de l"exercice, les médicaments orlistat et sibutramine, et dans certains cas la chirurgie bariatrique (gastroplastie), sont sûrs, efficaces et bon marché. Le reste, ajoute-t-il, sont soit inefficaces, soit dangereux. Les nouveaux règlements \"pourraient aider cette bataille contre l" obé sité , en interdisant les publicité s en Europe qui encouragent les enfants à acheter des produits trè s caloriques, sucrés ou gras, ou de harceler leurs parents pour les acheter\" dit-il. (2)

Et pour se convaincre définitivement de l"inutilité de la prise d"anabolisants ou d"un quelconque produit pharmaceutique ou diététique afin d"avoir des résultats, il suffit de voir les photos des athlètes dans la catégorie \"Musé e\" de l'onglet \"Photos\", à l"époque où tous ces produits n"existaient pas.

(1) Tiré du document " Se doper ou pas " réalisé par : Patrick Laure (Direction régionale de la Jeunesse et des Sports de Lorraine) ; Fabienne Lemonnier (Institut national de prévention et d"éducation pour la santé); Dorian Martinez (Association Vivre Sport) ; Véronique Meyer (Direction des Sports, ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative) ; Olivier Middleton (Service Santé de Tremblay-en-France) ; Delphine Saint-Laurent (Agence française de lutte contre le dopage). Coordination éditoriale : Nadine Gautier (Institut national de prévention et d"éducation pour la santé). état des connaissances : juin 2008

(2) Article du site http://charlatans.info/ : " Les gens dépensent des millions dans des produits charlatanesques. "

L'histoire d'une vocation : Edmond Desbonnet: (1867-1953)

Sa Culture Physique

Dans un article de la revue " La Culture Physique " paru en juillet 1951, Edmond Desbonnet nous explique sa vocation : " Quand j´étais tout petit, haut comme la botte de mon père, j´étais déjà un fou grand jusqu´au plafond. La preuve : je ne rêvais que de force, de gymnastique, de lutteurs, d´acrobates de cirque, je m´extasiais sur les hommes grands et forts que je rencontrais au hasard de mes sorties, hors du foyer paternel. Mon père me destinait à la continuation du commerce qu´il avait créé, une entreprise de bâtiments, affaire où il avait déjà réalisé une belle fortune et qui rapportait plus de 200.000 francs en 1881. La découverte d´un ouvrage illustré de 1856 où se trouvait la gravure du gymnase de Triat à Paris, avec la description de ce magnifique établissement par Paul Féval, le romancier populaire, décida de ma vocation et fut le point de départ de mon accès de folie, qui me fit lâcher la proie pour l´ombre.

Je voulus imiter Triat et, dédaignant la maison de commerce de mon père, j´obtins de la faiblesse de ma mère les fonds nécessaires pour installer un gymnase que je baptisais " Ecole de Culture Physique ". Edmond Desbonnet s´installe alors dans le local du 96, rue Nicolas-Leblanc, en face de l'Hippodrome Lillois qui fut bientôt trop petit. L'école fut transférée ensuite 58, rue d'Artois, puis 30, place du Théâtre, où pour la première fois, il s'installera comme il le désirait vraiment, dans une profusion de glaces, de lumières et d'appareils divers. Il décrit alors l´endroit et ce qui fait son originalité pour l´époque : " Au lieu de voir comme dans tous les gymnases, des trapèzes, des anneaux, des barres fixes, des cordages, des tremplins, des chevaux à arçons, des barres parallèles, de la sciure, etc., chacun peut voir, des tapis, des miroirs, des exerciseurs en caoutchouc, des barres à sphères, des haltères. ". Et dans ce lieu, " des jeunes gens vêtus d´un seul petit caleçon de bain et respirant fortement devant des miroirs " font leurs exercices.

Mais comme il le dit lui-même, sa " folie " ne tardera pas à manifester ses résultats : " En installant trois écoles à Lille, je fus dépouillé de la fortune de mon père ; en installant celle de Roubaix et celle de Paris, je ruinais ma mère, qui dut vendre ses propriétés pour payer les folies de son fils unique ; à Paris, elle dut vendre des terres en Pévèle qu´elle tenait de ses parents, cultivateurs à Templeuve. " Pourtant, il persistera dans cette " folie ". Installé désormais à Paris en 1899, la formation de professeurs de culture physique ainsi que la création de la revue " la Culture Physique ", favoriseront peu a peu l´implantation d´un réseau à travers toute la France et même au-delà, d´ " écoles filiales " diffusant l´esprit et la méthode du " Maître ". De cet esprit et de cette méthode, Desbonnet ne cessera jusqu´à sa mort de répéter que leurs " buts sont clairement définis par ces quatre mots : SANTE, BEAUTE, FORCE, MORALITE. " (La Culture Physique, janvier 1953). C´est dire que son approche se voulait globale.

Sa méthode

Elle repose sur l´idée que la mise en action et le développement de la partie externe du corps (en l´occurrence les muscles) auront une incidence bénéfique sur les organes internes (" gymnastique des organes ") et donc la santé de l´individu. Mais comme la santé, la beauté et la force sont des choses interdépendantes, il faut alors viser au développement athlétique et harmonieux du corps par une technique rationnelle, progressive et adaptée à chaque individu. Et indépendamment du fait que les résultats physiques ont des incidences favorables sur le psychisme de l´individu, celui ou celle qui se plie à la discipline rigoureuse de la culture physique s´y forge aussi le caractère.

L´esprit d´Edmond Desbonnet

Il considérait qu´il fallait " régénérer " l´homme, et que la culture physique en était le meilleur moyen. Précisons pour bien le comprendre, qu´en ce début de siècle, la population souffrait de nombreux maux liés à une hygiène et une discipline de vie insuffisante (tuberculose, obésité, alcoolisme) et que sa conception fortement imprégnée par les idées de son temps ne faisait guère de place à l´individu. Celui-ci devait se " régénérer " afin de constituer une nation d´hommes efficaces, une France plus forte et capable de se défendre. Desbonnet de par son idéologie ne mettra donc guère en évidence une autre " régénération " possible: celle qu´apporte le plaisir inhérent à l´activité physique ainsi que son coté gratifiant lorsqu´on la décide pour soi dans un souci de progrès et de réalisation de soi.

Aujourd'hui

Qu´en est il à présent que son " histoire de fou est terminée. " ?
D´autres après lui, et selon son propre vœu, l´ont reprise avec la même passion. Et si les méthodes pédagogiques et d´entraînements ont évolué ainsi que le matériel et le confort, fort heureusement dans la plupart d´entre-elles, l´esprit du vieux " Maître ", l´idée d´une Culture Physique ayant pour but de développer les qualités psychiques, morales, esthétiques et physiques de l´individu y demeurent .
En France, le secteur de la mise en forme reste majoritairement constitué par des salles de petites envergures. Contrairement à certains lieux de pratique immenses et impersonnels où le superficiel, les modes et les gadgets dominent et dont la finalité inavouée est le divertissement, ce sont des lieux de proximité où les personnes pratiquent efficacement dans une ambiance conviviale et pour un prix modeste.

Thierry Herbillon.

Vraie ou fausse motivation ?

Il arrive que parfois des personnes nous demandent pourquoi l´inscription au club n´est pas possible à la séance, à la semaine ou pour un mois. A cela une raison majeure : malgré que le club puisse accueillir un grand nombre de gens, il serait vite encombré par des personnes de passage dont la compréhension de la pratique sportive seraient pour le moins douteuse. En effet, que peut-on espérer comme résultats sur une séance, une semaine ou un mois ? Là, je pense qu´il faut s´interroger sur la motivation de la personne. Est-ce un divertissement, une distraction ou de véritables résultats qu´elle recherche ?

Les faits Pour qu´une activité physique soit efficace, celle-ci doit s´inscrire dans la durée et de manière régulière. Ce n´est donc ni en une séance ni une semaine ou même un mois que les bienfaits visibles d´une activité sportive apparaissent. Si au bout du premier mois quelques effets peuvent se ressentir au niveau physique (amélioration de la condition physique et du bien-être), en revanche, sur le plan de l´esthétique c´est plus long. Et ce n´est généralement qu´au bout de trois ou quatre mois que des effets apparaissent dans le miroir (perte de poids en masse grasse, corps plus ferme et plus athlétique). Mais admettons pour un instant l´extraordinaire : une personne obtient d´excellents résultats et son corps est radicalement changé et seulement en un mois. Fantastique et après ? Elle s´arrête de s´entrainer ? Eh bien dans ce cas, ce corps qui aura été sculpté ne demeurera pas telle l´œuvre impérissable d´un sculpteur, s´il n´est pas entretenu il reviendra à son état antérieur.

Les illusions

Bien que la plupart des gens ne trouvent pas anormal de passer des mois voire des années pour apprendre à parler correctement une langue étrangère ou encore à suivre une formation professionnelle, pourquoi en serait-il autrement pour l´activité physique ? Par quel magie le corps échapperait-il à cette logique et pourrait-il se transformer sans efforts et rapidement ? Cela n´est pas plus réaliste que d´espérer jouer un jour un concerto de Mozart en pianotant de temps à autre. Juste une question de bon sens me direz-vous ? Sauf qu´il semble que le bon sens se perdre et que l´on ait la fâcheuse tendance à prendre ses désirs pour la réalité dans cette affaire. Car il faut bien le reconnaitre, chacun préférerait obtenir des résultats rapidement, facilement et si possible.... a peu de frais. Nos sociétés ultra-consommatrices l´ont bien compris. Il suffit de voir les publicités avec leurs jolies sirènes ou leurs superbes athlètes qui vous diront tout ce que vous rêvez d´entendre : en une semaine vous allez perdre 8 kilos, obtenir un corps de rêve, des abdos formidables en ne pratiquant que 10 minutes par jour ! Bien sûr pour cela, il vous faudra acheter leur méthode miracle ou utiliser le dernier gadget révolutionnaire issu de la technologie spatiale. Pourquoi pas de la technologie extra-terrestre pendant qu´on y est ? Quoi ? Vous l´avez vu à la télé donc vous y croyez ? Allons, comme si les émissions de télé-achat étaient un gage de sérieux.... C´est ainsi qu´on peut constater que, régulièrement, des personnes s´adonnent à des efforts effrénés sur une courte durée et s´en dégoutent. Or, de même qu´il faut du temps pour faire pousser un arbre, il ne sert à rien de tirer dessus pour le faire pousser plus vite. Ou pour prendre un autre exemple, si pour gravir une montagne on commence par courir, on s´arrêtera vite les poumons en feu. Bref, l´impatience et l´exaltation sont deux états qui ne mènent nulle part. Et finalement, exiger un résultat immédiat relève soit de la naïveté soit du caprice ou encore de la paresse.

Une motivation réaliste

Alors avant de s´engager dans une activité sportive, il faut se donner le temps de la réflexion et voir si l´on veut continuer à croire à l´existence du Père Noël ou si l´on est enfin capable d´assumer la réalité.

Car une véritable motivation ne se fonde évidemment que sur la réalité. Pour le débutant, elle repose essentiellement sur une attente de résultats. Mais lorsqu´on est sérieux et que l´on fait ce qu´il faut, ils arrivent. Tant que les résultats surviennent, globalement, il n´y a pas de soucis sur le plan de la motivation car ils vous stimulent pour continuer. Seulement, le problème et tous les sportifs de longue date vous le diront, les progrès alternent avec les périodes de stagnation. Il ne s´agit donc pas seulement de fournir des efforts physiques mais aussi de faire preuve de détermination et de patience. La démotivation survenant d´autant plus vite que l´on fait preuve d´impatience ou que l´on s´attend à des miracles. Ici, j´en profite pour donner un petit "truc": quand une période de stagnation arrive, il faut savoir regarder, le chemin parcouru et les résultats déjà acquis et s´en réjouir pour nourrir cette patience. Mais j´y reviens et j´insiste, autant être bien conscient dès le départ que les choses ne seront pas toujours faciles et rapides. Cependant, il ne faudrait pas non plus s´en faire une montagne comme certains qui se disent qu´ils ne sont pas sportifs dans l´âme, ne sont pas doués pour le sport ou que les efforts seront terribles pour progresser. Avec un tel état d´esprit, il y a peu de chance que la pratique continue ou même qu´elle débute un jour ! Bref, entre l´optimisme béat et la dramatisation, il s´agit juste d´avoir une vision réaliste des choses.

La paresse

S´il faut faire preuve de réalisme, la vigilance est aussi de rigueur. En effet, la paresse nous habite tous plus ou moins. Et celle-ci se manifeste souvent dans notre discours intérieur : "e; je me sens pas très en forme, il est un peu tard pour que j´aille au club, j´ai autre chose à faire de plus important, etc. "e;. On peut comprendre. Mais s´agit-il de raisons valables ou d´excuses pour ne pas aller s´entrainer ? Eh oui, il arrive que l´on veuille se mentir à soi-même pour paresser un peu ! Mais si vous en prenez conscience et que vous vous raisonnez, vous prendrez la direction du club. Et c´est précisément à cause de cette discipline morale que le sportif s´impose qui fait dire que le sport forge le caractère. Mais en réalité, le plus dur est surtout de parvenir jusqu´à la porte du club car une fois que vous y êtes, les choses s´enchainent d´elle-même et vous sentez à nouveau motivé.

Dynamique de groupe et satisfactions

Une fois arrivé au club, vous y retrouvez les personnes que vous avez l´habitude de côtoyer et qui partagent les même buts que vous : bien-être, santé, amélioration de soi. Rien que le fait d´être à plusieurs à pratiquer une activité pour les mêmes objectifs créer une dynamique beaucoup plus stimulante que si vous le faisiez seul chez vous. L´ambiance du club teinté de camaraderie sportive vous soutient et vous stimule dans vos efforts. Par ailleurs, voir les progrès que d´autres ont accomplis avant vous vous stimulent également.

Mais, la motivation ne repose pas seulement sur l´attente de résultats ou sur les progrès que vous faites. Heureusement d´ailleurs, car une motivation qui ne se fonde que sur les résultats reste toujours un peu chancelante. Si la pratique est pour vous une véritable corvée malgré tous vos progrès, la lassitude surviendra. En revanche, si elle est un plaisir, il y a peu de chance que la paresse ou la lassitude vous gagne un jour.

Il y a donc d´autres satisfactions à pratiquer ensemble. Je pense notamment au plaisir qu´il peut y avoir à passer un moment dans une ambiance détendue et agréable, à échanger avec des gens sympathiques qui sont dans le même esprit que vous. Mais aussi, bien sûr, le plaisir d´entrainer son corps, de le ressentir, de le revitaliser, de le déstresser...

De la réflexion à la décision

Voilà, en gros, ce qu´on peut attendre d´une pratique en club. Mais il y aura toujours des récalcitrants et tant qu´il n´y aura pas d´urgence, certains ne s´engageront jamais dans une activité physique. Et peut-être, faites-vous partie de ceux ou celles qui ont besoin de prendre quelques kilos de plus et se sentir encore plus mal dans votre peau pour commencer sérieusement ? C´est un peu comme pour stopper la cigarette, il y en a qui n´arrêtent que lorsque le médecin leur fout la trouille... mais c´est quand même dommage d´attendre que le miroir vous renvoie une image pitoyable de votre corps ou que votre condition physique soit au ras des pâquerettes pour entreprendre quelque chose, n´est-ce pas ? D´autant que le travail à fournir sera plus important si vous attendez encore. Alors, un conseil, n'attendez pas trop quand même...

Thierry Herbillon.

Où sommes-nous?
La salle de musculation de Montfermeil, le club Espace Forme se trouve dans le quartier pavillonnaire de Franceville (limite Gagny).
Les horaires d'ouverture
Du lundi au vendredi,
le matin de 10h à 13h
et l'après-midi de 16h à 21h.
Le samedi matin de 10h à 13h.